Histoire des arts en éducation musicale :
                                                La musique en écho à la nature                 

                     
                                                                                                          Jean-noel Roblin Collège Raoul Dufy Nice
 
 


Réalité , Réalisme, imitation, représentation, Symbolisme ?

"Dans la nature, les rythmes, les hauteurs, les tempi sont multiples et complexes. Rappelez-vous la façon dont ondulent les vagues de la mer, dont se brisent les eaux d’une rivière ou d’un ruisseau, ou encore la pluie"

                                                                                   Arnold Schoenberg




Voici une photographie de la mer

                                                                                              

L'objectivité neutre du cliché photographique ne décline pas une gamme particulière de sensations . Elle témoigne simplement de la présence des éléments aquatiques,de la terre et du ciel.



                                                           
                                                                                                         WILLIAN TURNER ,
                                                                                                "Pêcheurs en en mer"(début 19ème siècle)

Les impressions qui se dégagent de cette toile , couleurs, lumière, contrastes, définition des contours, prégnance de l'atmosphère , température perçue, sont présentes...et s'adressent à nous. L'esprit romantique de cette toile s'exprime aussi dans son puissant mouvement et le choix d'une palette de couleurs concentrée autour de sa dramaturgie.
 


Le regard du peintre «donne à voir», révèle. Tout comme dans cette oeuvre de Claude MONET: impressions fugitives, fragilité du phénomène climatique, de la nature changeante, évocation d'une mer tranquille saisie dans la particularité et la vérité de l'instant.
L'impressionisme dans toute sa subtilité.


 

                                                                                               Claude Monet ,"La mer à Pourville" 1882
 

Et bien en musique c'est un peu la même chose ! Prenons l'exemple de l'eau et de la mer...


  Ecoutons brièvement un son de bord de mer enregistré : C'est la réalité brute, sans interprétation artistique d'aucune sorte : le ressac , dominant, et l'apparition sonore brève d'une voix humaine au second plan

 

                                                              

 

  Que nous donne à entendre un compositeur sur le thème de la mer ou plus généralement de l'eau ?


                                P.I. Tchaikovsky (1841-1893) compositeur romantique Russe,

                                                      écoutons  "La Tempête" op.18 (1873)

 

L’oeuvre débute de façon figurative sur le souffle du vent, le clapotis de la mer produit aux cordes, le murmure des cuivres annonçant l’orage...
Progressivement, par une attaque plus franche des cordes, l’entrée des percussions, et les "forte" des vents, l’atmosphère de la tempête en mer s’installe, la houle monte, le bateau tangue.
Puis c’est le drame, les cuivres jouent fortissimo, les flûtes produisent des sons stridents, les cordes frémissent et ondulent, les percussions grondent, le navire sombre, la dérive commence et l’espoir naît.
L’île apparaît, et le naufragé y accoste, porté par les thèmes calmes des vents . Après une courte période d’errance, il rencontre l’amour et la pièce se termine.

On l'entend bien : nous sommes dans l'univers sonore d'une musique "descriptive" où les sons produits par l'orchestre produisent une image sonore ressemblant à celle de l'évènement dramatique, à celle de l'action. La "narratologie" de la musique suit celle de l'argument .  C'est une musique à "programme"...

  
    Géricault "Scène de déluge" (1er Quart du 19ème siècle)



 
 

 En 1877, Franz Liszt (1811-1886) achève son cycle des Années de pèlerinage pour piano, où figure le célèbre 
Jeux d’eau à la villa d’Este . Dans cette pièce , il s'agit de colorations musicales,d'irisations perlées, d'arpèges cristallins et de trilles frémissants qui donnent à l'ensemble une belle ondulation . 

Nous sommes en pleine période romantique , mais on pourrait presque parler "d'impressionnisme" musical...

Voici la perspective que découvrit Franz Liszt et sa compostition (cliquer sur)

 

Ce sont des arpèges scintillants . Au début du morceau ruissellent, alternés aux deux mains dans l’aigu de l’instrument, des arpèges, puis ce sont des frémissements des trilles et des trémolos. Les deux thèmes apparaissent ensuite alternativement. Une amorce de choral est rapidement  interrompue, sous des doubles croches en cascade légère , puis une longue phrase lyrique s’amplifie à nouveau. On arrive au centre du morceau : un choral d’accords sur des arpèges en triolets. Le finale revient au deuxième thème lyrique, avec un effet d’écriture en canon.
L'eau est ici évoquée par une imitation sonore et par une jeu d'analogies très perceptibles : La rapidité des traits = le ruissellement / Les arpèges = l'écoulement / Les trilles = le scintillement, etc...





Ce commentaire pourrait légitimement convenir à la description d'une pièce musicale des premières années du XXème siècle , et plus particulièrement à une oeuvre impressionniste...
Oui , mais voilà !.. l'harmonie: les accords dans leur organisation, leur succession sont nouveaux. L'univers poétique change.

           Et avec Maurice Ravel (1875-1937) , nous ne sommes plus dans les salons de Marie D'Agoult.

 

Ecoutons son"Jeux d'eau" , pièce pour piano composée en 1901, et dédiée à son maître Gabriel Fauré dans cette grande interprétation des années 50 (qui , par ses petites imperfections phonographiques , nous apparaît telle une photo sépia d'un album de la belle époque).

                                                                   
  Cliquer sur 
:


                                       

   C.Monet Pont japonais à Giverny

La clarté cristalline de l'eau par le détaché des traits virtuoses de la main droite , la variété des teintes par l'enchaînement de tonalités diverses , l'évocation de l'écoulement par  les variation du tempo et les rythmes changeants, valeurs brèves et moyennes , cette pièce impréssionniste est celle d'un Ravel qui connaissait son Franz Liszt...Mais ici, nous passons du tableau à la suggestion, de l'image à l'impression.


                                                
                                                   A.Sisley : Le repos au bord du ruisseau, la lisière du bois, 1878

                       
                        
                                                            Renoir (1841-1919) - "Les Canotiers à Chatou", 1879 

 




 

Le symbolisme est , lui, une réaction au naturalisme, à la représentation fidèle de la réalité.
            "Les symboles permettent d'atteindre la réalité supérieure de la sensibilité et inspirent l'imagination poétique".

 Au-delà des apparences, il y a des rapports entre les choses, des liens entre les êtres, des correspondances (Baudelaire) entre les sons, les images et les parfums. C’est ce que le symbole doit exprimer.
                Un son rappelle une image, une odeur rappelle un lieu, une sensation rappelle un moment du passé...

         
                                              
                                                                                 Pierre Bonnard, Sur la côte, Antibes, 1912, huile sur toile.

C'est empreint de cette esthétique que Claude Debussy (1862 - 1918) écrit ses esquisses symphoniques pour orchestre  : "La mer" (1902-1905) cliquer ici


                                                      

                                                                  Odilon Redon (1840-1916): Bateau rouge à voile bleue                                                                     

Dans "La mer", Debussy écrit des rythmes à l’image de ceux de  l’océan, ne reproduisant jamais exactement la même chose malgré un mouvement continu. Les asymétries rythmiques et ce renouvellement permanent nous balance,nous fait tanguer... L'orchestration ,et les timbres qui en résultent  dans leurs différentes combinaisons rayonnent , faisant  miroiter nos images  . Tout y est suggestion .Ici on ne décrit pas. L'harmonie fluctuante fait écho à la souplesse du mouvement de l'eau .
           C'est un jeu d'analogies entre des sons et les images maritimes dont elles s'inspirent .

                  On passe du programme à la suggestion : on va jouer des timbres comme des notes .Tout comme dans ces deux tableaux le mouvement, la couleur, la touche, la matière, la texture, vont remplacer la forme descriptive et ses contours précis . Mais ils disent la même chose, il suggèrent la mer , l'eau .

                                              
                                                                                     Turner "Mer orageuse avec dauphins"
         Il est à souligner que Turner a vécu à l'époque Romantique mais que certaines de ces toiles sont d'une incroyable modernité pour l'époque.

                                                                   
                                                                                           Lichtenstein Seascape 2 (1965)


En poésie symboliste, la musicalité du vers est de règle.

Pour exprimer le changement des choses, la fragilité des sensations, le poète utilise l’aspect sonore et sensible des mots (assonance, allitération, rime interne). Le sens défini devient secondaire. La musicalité suggestive s'instaure et non le réalisme des descriptions :

...

Alors,
Ô mer, tu me perdras en tes furies
De renaissance et de fécondité ;
Tu rouleras en tes ombres et tes lumières
Ma pourriture et ma poussière ;
Tu voileras sous ta beauté
Toute ma cendre et tout mon deuil ;
J’aurai l’immensité des forces pour cercueil
Et leur travail obscur et leur ardeur occulte ;

Mon être entier sera perdu, sera fondu,
Dans le bassin géant de leurs tumultes,
Mais renaîtra, après mille et mille ans,
Vierge et divin, sauvage et clair et frissonnant,
Amas subtil de matière qui pense,
Moment nouveau de conscience,
Flamme nouvelle de clarté,
Dans les yeux d’or de l’immobile éternité ! “

Comme de lumineux tombeaux,
Les vaisseaux blancs semblent posés,
De loin en loin, sur les plaines des eaux.

Le vent subtil n’est que baisers ;
Et les écumes,
Qui doucement échouent
Contre les proues,
Ne sont que plumes :
Il fait dimanche sur la mer !

Emile VerhaerenLes visages de la vie (extrait)

                                                                                                                                    jean-noël Roblin Collège Raoul Dufy



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement