Histoire des arts  -  Eisenstein  -  Alexandre Newski  -     
                   Classes de 3ème            
             Arts - Etat - Pouvoir

                                                                                                                  J.N.Roblin - Collège Raoul Dufy - Nice
 
 
 

 Alexandre Newski

cliquer tout d'abord sur
culturebox.france3.fr/all/30013/alexandre-nevski-d_eisenstein-en-cine-concert-a-l_auditorium#/all/30013/alexandre-nevski-d_eisenstein-en-cine-concert-a-l_auditorium

Le film se fait l'écho visuel et musical d'un événement important de l’histoire russe au XIII ème siècle : la lutte du prince Alexandre Nevski contre les chevaliers teutoniques et tout particulièrement la bataille du lac Peïpous qui mit fin à leur expansion orientale.

Ce film est une commande artistique des autorités staliniennes .

C'est une oeuvre 
épique de propagande contre les nazis : les chevaliers teutoniques et porte-glaive , envahisseurs du territoire russe, sont présentés avec les svastikas et des casques évoquant ceux de la Wehrmacht contemporaine .



Découvrons tout de suite un extrait majeur de cette puissante fresque :  ici point d'images de synthèse ,et de sons  en sur-impression ; tout est réel : le nombre de figurants armés et costumés (7000) , et celui des musiciens (300 chanteurs et l' orchestre symphonique) qui jouent la partition dAlexandre Prokofiev .


1 er extrait :  "Le 5 avril 1242" (séquence prise à la 51 ème minute du film)               

                                          cliquer sur :                           www.youtube.com/watch


La partition musicale suit ici à la lettre l'action dramatique , militaire . Au temps musical rythmé régulièrement par les percussions, se mêlent les cordes dans un motif répétitif scandé frileux et anxieux comme un coeur qui bat,  d'où surgît un motif mélodique au tuba, puis aux trombones . Un motif aux cordes aigües/trompettes en alternance (associés aux Teutons) s'abat lentement et inexorablement vers nous de l'aigu au grave .Les deux registres (graves pour les soldats de'A.Newski et aigus pour les Teutons) se superposent.La rencontre est imminente (petits motifs crescendo aux cuivres) A cette agitation traduite par la cohabitation de plusieurs rythmes et motifs instrumentaux s'ajoute la Kopytsa (percussion russe). L'hymne Teuton (celui des Croisés) est scandé par les choeurs sur un thème par notes conjointes descendantes :


 

Peregrinus expectavi pedes meos in cymbalis. «Pèlerin, j' espérais mes pieds chaussés dans des cymbales»

Au paysage immense , peuplé d'une multitude de soldats, répond une matière sonore compacte composée des quatre familles d'instruments de l'orchestre symphonique . Les rythmes sont appuyés , scandés, le thème musical plutôt rythmique et les instruments jouent de façon
homorythmique. (terme appris en classe).

De nombreux films s'appuyant sur la chevalerie au moyen-âge utilisent ces procédés musicaux .Tout comme les "Peplums" .


Un exemple un peu moins connu , parmi d'autres, dans lequel immobilité, silences, musique orchestrale , héroïsme sonore se mêlent aux dialogues et aux bruits de guerre . Il est à noter qu'aujourd'hui encore plus qu'hier, le réalisme sonore passe par le mixage de ces trois éléments www.dailymotion.com/video/x1hy4b_roi-arthur_music

 


2 ème extrait : Générique de début  et séquence dite du "lac Pleetchevo" (premières minutes du film)

                                       
  découvrons  en cliquant :          www.youtube.com/watch

Dans cet extrait , qui ouvre le film sur un paysage de désolation  et de mort, la musique se distant du grave à l'aigu dans un tessiture (vous connaissez ce terme, nous l'avons utilisé en classe) instrumentale très large tout en utilisant des  rythmes en notes "courtes" (croches) ou "longues" (rondes).
 


C'est une
allégorie sonore des grands espaces filmés ici , qu'accentue la tonalité choisie par le compositeur (do mineur). Le mode mineur (nous avons comparé en classe les deux modes majeurs et mineurs) est bien adapté à cette atmosphère et à cet espace . Famille des cordes et des bois se partagent cette séquence d'introduction. Une mélodie simple s'en dégage.

 

Dans la petite séquence tournée face au lac Deux caractérisations musicale cohabitent : 

1- celle au tempo lent et au style d'un hymne (chantée par des voix d'hommes (ténors et basses)


2- celle , plus rapide et enjouée des menuisiers au travail .



Cette simplicité sonore apparente est,croit-on à l'époque dans les milieux proches du pouvoir, adaptée au peuple . Le grave face à l' aigü, le rapide s'opposant au lent, le mode majeur dialoguant avec le mode mineur , la joie face à la tristesse, les bons contre les méchants ...et on pense même, dans l'entourage de Staline, que La gamme de Do  majeur est préférable aux autres car elle n'a pas de ...dièses ou de bémols ?!?...

Et puis arrivent les Mongols . La musique s'arrête pour laisser place au dialogue .
A la fin de leur rencontre avec Alexandre , Prokofiev nous donne à entendre à nouveau son hymne lent et grave (vocal et instrumental) . La musique et le texte  jouent  ici un rôle de "commentaire" sur l'action tout en reprenant une mélodie déjà entendue . La mémoire musicale de l'auditeur n'est ainsi pas mise à dure épreuve.


Dans cet extrait le montage des images , l'agencement des petites séquences filmées, s'accordent avec la musique .
la structure de celle-ci ( longueur des phrases musicales , carrure de l'ensemble) , dicte le "temps" des images au monteur su film .Il va ajuster la longueur des séquences à la durée de la musique.
Mais le sujet historique traité , l'atmosphère, les paroles des chants et la musique  sont en osmose : Le sujet historique dicte à la musique son caractère , ses climats sonores.

Regardons-là à nouveau : www.youtube.com/watch

L'adéquation dramatique entre les images et la musique peut vous paraître  obligatoire au cinéma , mais ce n'est pas le cas :
Un compositeur et un cinéaste peuvent décider de collaborer de façon différente pour mettre en valeur d'autres idées : comme dans le surréalisme comique par exemple : mettre en perspective une musique à la dramaturgie crédible  ( tension ,suspens ... ) avec des personnages au comportement radicalement différent :
 
www.youtu be.com/watch

Le dernier extrait que je vous propose se situe à la fin de cette fresque musicale et cinématographique. C'est la fin de la bataille sur la glace et deux passages sont ici à écouter et regarder plus particulièrement :Il est formé de deux volets :


1 - Celui musicalement original  (quand la glace se brise)...

Ils se suivent l'un et l'autre naturellement en deuxième partie de cette vidéo (à partir de la 6ème minute)  : regardons-les : www.youtube.com/watch

Prenons  l'extrait à la minute "6" : La musique a tout de suite deux rôles à jouer :

1- celui d'évoquer l'action dans sa dramaturgie et sa diversité : la musique est agitée, adopte un tempo rapide , il y a beaucoup d'instruments, deux petites mélodies s'entrecroisent aux cuivres, le rythme est marqué aux percussions.


 





2- Et celui d'incarner ce qui se passe à l'écran : le soldat sonnant de la trompe = motif sonore au trombone de l'orchestre



Le court extrait de la glace dispose dans cette vidéo d'une  bande son légèrement  meilleure qui vous permet de mieux entendre les percussions :  www.vodkaster.com/Films/Alexandre-Nevski/18795





2 - ...et enfin, celui à connaitre absolument :  "le champ des morts" (en Do mineur, chanté par une mezzo-soprano)
Après la bataille, une jeune fille cherche son bien-aimé parmi les corps des morts qu'elle bénit, chantant sa douleur et le sacrifice des héros : écoutons et voyons cette scène  www.youtube.com/watch

"J'irai à travers le champ blanc de neige,
Je volerai à travers le champ de la mort,
Je rechercherai les glorieux faucons,
Mes prétendants, les jeunes preux.

L'un repose ici haché par les épées,
L'autre gît percé de flèches.
Ils ont donné à boire leur sang pourpre
A l'honorable terre russe.

Celui qui mourut noblement pour la Russie,
Je l'embrasserai sur ses yeux clos,
Et pour ce vaillant jeune homme qui resta en vie,
Je serai une épouse fidèle, une tendre compagne.

Je ne prendrai pas pour mari un homme beau –
La beauté terrestre a une fin,
Et je vais à la recherche d'un brave –
Répondez, purs faucons."
 
Découvrons une scène identique dans le film " Le Colonel Chabert" qu' Yves Angelo, le cinéaste place ici sous le manteau sonore du deuxième movement du trio avec piano N° 5 , op70-1 de L.V. Beethoven .Nous sommes ici à l'époque des épopées de Napoléon 1er, comptées par Honoré de Balzac en 1844 et mis à l'écran au 20 ème siècle : www.youtube.com/watch

Mais revenons à Eisenstein et Prokofiev :
Cet extrait-ci fait s'incarner les artistes,
chanteurs et instrumentistes en concert dans" le champ des morts":

www.youtube.com/watch

Cette oeuvre est écrite pour mezzo-soprano soliste, chœur et orchestre symphonique.

Une  version de concert sous forme de "CANTATE" fut demandée à Prokofiev en 1939 pour les 60 ans de STALINE et devient un chant patriotique à l'occasion de la déclaration de la guerre.

Elle est créée le 17 mai 1939 par l'orchestre philharmonique de Moscou dirigé par Prokofiev lui-même .

        Les scènes violentes (croisés) mettent en évidence le style dit «occidental» de Prokofiev : orchestration riche et fouillée , musique complexe, anguleuse, qui n'est pas confortable pour les oreilles conservatrices de ce début de 20ème siècle  .

 

       A l'opposé , on trouve un style musical qui plait aux instances communistes d' U.R.S.S , basé sur la simplicité empruntée aux mélodies populaires, et traduite par Prokofiev dans une orchestration "tonale" simple, sans aspérités .



                       Et puis se pose la question de la représentation musicale au 20 ème siècle de la musique médiévale ou supposée être médiévale...Prokofiev répond en bon ancien stagiaire des studios d'Hollywood : Faire la musique que le spectateur de 1938 pense être celle du moyen – âge . Elle n'est d'ailleurs pas si éloignée de celle issue de l'imaginaire d'un spectateur de 2010 :

                      Voici par exemple un extrait du « jeanne d'arc » de Luc Besson La musique d' Eric Serra est ici une Cantate pour choeur et orchestre : www.youtube.com/watch   qui mélange choeur , orchestre , mélodies supposées être médiévales et liturgiques dont les contours sont empruntés au chant grégorien, et, par moment à Carl Orff (Carmina Burana ) avec un orchestre que n'aurait pas renié  Prokofiev .

                      Une extrapolation intêressante concerne les grands rendez-vous sportifs d'où ne sont pas exclus les dimensions conflictuelles , et les émotions populaires les plus lyriques : la partition musicale est très voisine dans l'effecif  vocal et instrumental ; ici se mêlent phrasés de musique Baroque à l'orchestre, choeur de cantate post-romantique dans le style d'un hymne et hétérophonie avec clameur des spectateurs  !
Ecoutez plutô
t:
www.youtube.com/watch


Voici la nomenclature orchestrale et vocale de la Cantate de prokofiev " Alexandre Nevski"

La partition musicale de la cantate "Alexandre Nevski " est jouée par :
  
Des Voix chantées
                                        mezzo-soprano soliste, et le chœur : sopranosaltosténorsbasses                                                      

 

et un orchestre

1 - famille des Cordes frottées et pincées
14 premiers violons, 12 seconds violons,
10 
altos, 10 violoncelles, 8 contrebasses, 1 harpe
2 - famille des Bois
1 piccolo, 2 flûtes traversières ,
2
hautbois, 1 cor anglais,
2
clarinettes, 1 clarinette basse,
1
saxophone ténor, (oui ! le saxophone appartient à la famille des bois )2 bassons, 1 contrebasson,
3 - famille des Cuivres
4 cors, 3 trompettes,
3
trombones, 1 tuba
4 - famille des Percussions
timbales, cloches tubulaires,
caisse claire, grosse caisse, cymbales,
tambourin, maracas, wood-blocks, triangle,
tam-tam (cet instrument n ' est pas celui que vous croyez ...Découvrez-le !), glockenspiel, xylophone

Cette oeuvre est-elle interprétée en public dans des spectacles vivants en même temps que le film est projeté ?
La réponse en images :
  

culturebox.france3.fr/all/20533/alexandre-nevski-de-prokoviev-interprete-par-900-choristes-a-montbeliard#/all/20533/alexandre-nevski-de-prokoviev-interprete-par-900-choristes-a-montbeliard

et celui disponible au début de l'article :


culturebox.france3.fr/all/30013/alexandre-nevski-d_eisenstein-en-cine-concert-a-l_auditorium#/all/30013/alexandre-nevski-d_eisenstein-en-cine-concert-a-l_auditorium



ARTS et HISTOIRE :                                                                                                                    

Voici un site concernant la situation politique du monde en 1939

www.fonjallaz.net/Communisme/N2/pacte-hitler-staline/suite/index.html

et deux beaux sites concernant staline : le premier présente des affiches de propagande et le second est un panorama édifiant du régime sous Staline


:www.gonefishing.fr/article-la-propagande-du-dimanche-affiches-russes-1919-1938-52929111.html

www.communisme-bolchevisme.net/Joseph_Staline_et_les_mensonges_de_la_bourgeoisie.htm




                                                                                                                      J.N.Roblin  Collège Raoul Dufy Nice

















Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement